Robot HOPE

HOPE: le robot qui facilite le quotidien des enfants hospitalisés

La technologie est d’autant plus justifiée lorsqu’elle apporte aide et réconfort aux personnes fragilisées. C’est pourquoi l’entreprise rouennaise Event Bots s’est investie pleinement dans le projet HOPE. L’idée portée par le service d’hémato-oncologie pédiatrique du CHU de Rouen et financé par l’association « Vie et espoir » s’intègre dans un projet thérapeutique. Il consiste à apaiser des enfants, des adolescents et des jeunes adultes lors de leurs soins. Calmer et rassurer des enfants malades est sans aucun doute un bel objectif. Mais Event Bots est à l’origine une entreprise spécialiste des robots d’accueil et d’événementiel. A-t-elle relevé le défi? Réponse de Guillaume De La Rue, l’un des fondateurs d’Event Bots.

L’INTERVIEW

univrobot: Bonjour Guillaume De La Rue. Merci d’accorder cette interview pour parler d’un projet qui vous tient particulièrement à coeur: HOPE. Pouvez-vous nous dire comment ce projet est né?

Guillaume De La Rue: À la suite d’une rencontre. Nos bureaux sont au « Village by CA » de Rouen. Or le Crédit Agricole, qui est à l’origine de ce « Village » incubateur de startups, soutien aussi des associations locales. La banque est notamment un des donateurs de l’association « Vie et espoir » dont l’objectif est d’agrémenter la vie auxiliaire au CHU de Rouen. Cette association s’efforce de faciliter le quotidien de familles dont les enfants sont hospitalisés. Par exemple, elle aide les familles à trouver des solutions de transport ou d’hébergement. Le Crédit Agricole a organisé une rencontre entre Event Bots, l’association « Vie et espoir » et l’équipe médicale et paramédicale du CHU de Rouen. Laura Levesque, infirmière dans le service d’hémato-oncologie nous a fait part d’un projet préparé depuis près de deux ans avec ses collègues. Son but est de déstresser les jeunes patients hospitalisés au service d’oncologie du CHU de Rouen. Il s’agit d’enfants atteints de cancers et de leucémies.

univrobot: Pourquoi a-t-on fait appel à vous?

Guillaume De La Rue: Avant de nous contacter, l’équipe paramédicale avait essayé différentes techniques pour apaiser les enfants lors de leurs soins: traitement médical, animations, hypnose… Les tests ne sont pas toujours concluants. C’est dans ce contexte que nous avons été mis en relation avec le service du CHU de Rouen. Nous avons échangé avec l’association et les équipes médicales et paramédicales. Cela nous a permis d’appréhender un milieu que nous ne connaissions pas du tout. Nous avons pensé à un robot proposant plein de petits jeux: HOPE. Durant les soins, le robot canaliserait l’enfant par des jeux et l’aiderait à oublier son environnement.

Le robot HOPE au CHU de Rouen
Le robot HOPE a été rapidement adopté par les jeunes patients du CHU de Rouen

univrobot: Nous en arrivons au fameux robot HOPE. Comment en est-il venu à être adopté au CHU de Rouen?

Guillaume De La Rue: Suite à notre entretien avec les différentes parties, nous avons développé une première application. Il s’agissait d’un jeu de coloriage sur la tablette du robot. Nous avons aussi programmé HOPE pour qu’il interagisse avec les jeunes patients. Puis nous avons testé HOPE au CHU de Rouen. Ça s’est super bien passé. Le concept a donc été validé. Nous avons ensuite développé plusieurs autres jeux correspondants aux centres d’intérêt des enfants. Suite à cela, HOPE a été installé au département d’hémato-oncologie pédiatrique du CHU de Rouen le 30 janvier 2018.

univrobot: Quelles sont les différentes missions de HOPE lors d’une journée type?

Guillaume De La Rue: On peut décomposer les interventions de HOPE en plusieurs phases. Le matin, le robot est installé dans la salle d’attente du département d’hémato-oncologie pédiatrique. C’est en effet le matin qu’ont lieu les consultations sur rendez-vous au service de l’hôpital de jour. HOPE aide les enfants à patienter et les détend afin qu’ils abordent les soins dans de meilleures conditions. La présence du robot a d’ailleurs changé le regard que les enfants portent sur ces rendez-vous. Ils ne vont plus à l’hôpital, ils vont voir le robot!

Quand les rendez-vous sont terminés, les infirmières emmènent HOPE de chambre en chambre pour prodiguer les soins aux enfants hospitalisés. Le robot détourne l’attention des jeunes patients durant les changements de perfusion, leur toilette ou tout autre soin qui peut être désagréable. Grâce à HOPE, les équipes médicales arrivent ainsi à poser des perfusions sur des enfants sans qu’ils s’en rendent compte.

HOPE aide les enfants à patienter et les détend afin qu’ils abordent les soins dans de meilleures conditions

La dernière phase d’intervention du robot a lieu lorsque des enfants doivent passer des examens médicaux, IRM ou autre. On leur amène HOPE et ils jouent avec lui durant la demi-heure précédent leur examen. Dans la salle de soins, le robot est emmené avec l’enfant. On constate ainsi une diminution de l’anxiété et de l’agitation des jeunes patients durant les examens médicaux.

univrobot: Très intéressant. Les résultats sont prometteurs. Est-ce que vous pouvez nous préciser à quoi ressemble HOPE? Est-il inspiré des robots précédents Tiki et Maava?

Guillaume De La Rue: HOPE est à la base un robot Tiki. Pour le rendre beaucoup plus attrayant, il a été confié à un grapheur de Rouen. Il est à ce titre une oeuvre unique. On a aussi rajouté cinq roulettes à la base du robot. Ainsi, HOPE peut malgré ses 10kg être aussi facilement déplacé que tout autre matériel médical. Nous avons aussi bien-sûr développé des applications spécifiques en adéquation avec ses missions.

Vue globale du robot HOPE
Le robot HOPE est un robot Tiki adapté à la mission de compagnon de soins

univrobot: À part avec les jeux, comment le robot interagit-il avec les enfants malades?

Guillaume De La Rue: HOPE communique aussi avec sa voix et ses expressions faciales. Il peut danser, raconter des contines aux enfants. Les infirmières peuvent aussi passer des consignes au robot. Grâce à un smartphone connecté à HOPE par Wi-fi on peut changer son mode de fonctionnement. Il est ainsi possible par simple appui sur un bouton de l’application de déclencher des phrases préenregistrées. Si par exemple il est nécessaire de rassurer un enfant durant des soins ou un examen, une infirmière peut faire dire à HOPE la phrase « Ne t’inquiètes pas ».

univrobot: Vu qu’il évolue auprès de personnes fragilisées, HOPE a du faire l’objet d’adaptation spécifiques…

Guillaume De La Rue: En fait, tout comme Tiki, HOPE ne présente aucun danger lié à ses mouvements. Ses capteurs lui permettent d’éviter tout choc avec ses interlocuteurs. De plus, tout comme les autres équipements médicaux, le robot est régulièrement nettoyé. Cela lui permet d’intervenir aussi dans les chambres semi-stériles. En fait, la peinture du robot est recouverte d’un verni qui permet une désinfection sans altération de son habillage graphique. HOPE a été testé afin de s’assurer que toutes ses parties étaient désinfectables.

univrobot: Est-ce qu’il n’y a pas des risques d’une sollicitation trop poussée du robot?

Guillaume De La Rue: HOPE est un robot à la conception robuste. Nous n’avons pas eu de casse pour l’instant. Pour éviter que certains enfants ne maltraitent trop le robot, nous l’avons programmé pour qu’il dise « Aïe! Aïe! Tu me fais mal » quand il est trop chahuté.

univrobot: HOPE arrive-t-il à différentier les patients?

Guillaume De La Rue: Oui. C’est une idée du CHU de Rouen. Le personnel médical souhaitait avoir des informations qui renseignent le dossier médical des enfants. Le robot a un lecteur/encodeur NFC dans l’un de ses bras. Nous avons donc fabriqué de petits portes-clés à l’effigie du robot qui intègrent une puce NFC. Lors de la première rencontre avec l’enfant HOPE dit « On se connait pas encore, comment t’appelles-tu ? ». L’enfant rentre des informations via la tablette: nom, age, genre, variante de la maladie. Quand le robot a détecté quelqu’un il suffit de poser le porte-clés sur son bras à chaque nouvelle rencontre. HOPE peut ainsi adapter les jeux à l’âge et aux goûts de l’enfant.

Interactions avec le robot HOPE
HOPE peut reconnaitre l’enfant et adapter ses animations

univrobot: Envisagez-vous d’autres missions futures pour le robot?

Guillaume De La Rue: Effectivement. Nous travaillons sur un projet d’éducation thérapeutique avec le Professeur Schneider. L’objectif est d’aider chaque enfant à mieux connaitre et comprendre sa maladie. Cela implique de parler des symptômes qui peuvent apparaître et d’expliquer les soins nécessaires. Il faut aussi aider l’enfant à saisir pourquoi sa vie va être un peu différente à cause de sa maladie. Nous avons donc récupéré les documents d’éducation thérapeutique utilisés par le service jusqu’à présent et nous les transformons pour les rendre plus ludiques. C’est pourquoi nous développons une éducation thérapeutique qui sera dispensée par HOPE au moyen de mini jeux.

univrobot: Comment se présenteront ces mini jeux?

Guillaume De La Rue: Il s’agira de différents parcours de jeux accessibles via la tablette du robot. Le personnage principal, « Doudou » transmettra les informations de façon ludique aux enfants. On a travaillé dur pour transformer des mots compliqués en mots simples. Chaque enfant évoluera dans les parcours à son rythme. Il y aura en tout 27 étapes avec des mondes et des villes différents. À chaque fois une validation des acquis permettra de vérifier la compréhension des enfants. C’est le point fort de l’utilisation du robot: les équipes médicales pourront verifier l’évolution de chaque enfant dans le parcours et voir comment il a répondu aux questions. Il sera ainsi possible de revenir sur les explications mal comprises par le jeune patient.

univrobot: Y-a-t-il d’autres projets de déploiement de HOPE?

Guillaume De La Rue: Oui. Il n’y aura qu’un robot s’appelant HOPE mais d’autres robots du type HOPE. On peut citer LIFE, la petite sœur de HOPE. Elle va bientôt intervenir dans le service d’hospitalisation pédiatrique de jour du CHU de Rouen. Elle aura ses propres graphismes. Tout comme pour HOPE, l’association « Vie et espoir » a choisi son nom. D’autres robots vont suivre. Nous avons créé la marque HOPE robotics pour proposer des robots compagnons de soins. Plusieurs CHU manifestent de l’intérêt pour le concept. Une utilisation du robot auprès de personnes atteintes d’autisme est aussi à l’étude.

Logo HOPE robotics
HOPE robotics: toute une gamme de robots compagnons de soins

univrobot: Cela signifie que vous allez devoir relever de nouveaux défis…

Guillaume De La Rue: Tout à fait. Par exemple nous travaillons sur la possibilité pour un enfant qui ne peut pas s’asseoir d’interagir avec le robot. L’ajout d’un joystick ou d’une tablette détachable sont envisagés. On prévoit aussi d’intégrer un logiciel de traduction au robot. Un centre hospitalier accueille des enfants étrangers qui ne parlent pas forcément l’anglais. L’intégration d’un traducteur faciliterait beaucoup les échanges entre ces jeunes malades et les équipes médicales. Nous réfléchissons aussi à une version du robot de type Maava. L’enfant pourrait prendre le robot par la main pour l’emmener au bloc opératoire. Le robot attendrait ensuite en salle de réveil. L’idée est de développer des robots de type HOPE correspondants à des usages spécifiques.

univrobot: En bref vous avez encore des idées plein la tête!

Guillaume De La Rue: Et beaucoup de motivation! C’est passionnant de développer des robots pour faciliter le quotidien d’enfants malades. Quel bonheur de voir ces enfants oublier pendant quelques instants leur quotidien.

univrobot: Pour finir, une question pragmatique: combien coûte un robot de type HOPE?

Guillaume De La Rue: HOPE est en vente à 10000€ HT. L’année d’abonnement pour les mises à jour des jeux et applications est à 1200€ HT. La formule choisie par les hôpitaux est généralement celle à 16320€ TTC avec 3 ans d’abonnement.

univrobot: Merci beaucoup Guillaume De La Rue pour cet entretien passionnant!

UNE VIDÉO PRÉSENTANT HOPE

POUR EN SAVOIR PLUS SUR HOPE ROBOTICS

Voici le site internet d’Event Bots: https://www.event-bots.fr/

Cyril Mottet

©univrobot

Crédit photo: Event Bots avec son aimable autorisation

Crédit vidéo: CHU de Rouen et Association « Vie et espoir »

Dernière mise à jour: 13 septembre 2018

Laisser un commentaire