Robot REGO

REGO: le robot de service fabriqué par un passionné de robotique

Un passionné éclairé. Voilà comment on pourrait définir en deux mots Franck DE WIT. Autodidacte et partisan du DIY (Do It Yourself), il réalise à lui seul des projets d’envergure. Maker convaincu, il partage ses travaux sur Internet, notamment sur son blog LeLabTechno. Parmi ses projets il y a le robot REGO que nous avons pu rencontrer à la Journée de la robotique et des drones 2018. Nous avons fait le point avec lui sur ce projet exaltant.

L’INTERVIEW:

univrobot: Franck DE WIT, merci de nous accorder cet interview malgré votre emploi du temps chargé. Une première question: comment vous est venue l’idée de fabriquer votre propre robot?

Franck DE WIT: Je m’intéresse à la robotique depuis toujours. Dès 2004, j’ai détourné une voiture radiocommandée en y fixant un transmetteur vidéo sans fil PAL. En 2011, j’ai étudié le marché de la robotique. J’avais dans l’idée de créer une entreprise de location de robots de téléprésence. J’ai donc pris contact avec l’entreprise Aldebaran. À l’époque, la robotique de service faisait son apparition et personne ne voyait l’intérêt que ça allait susciter. Je me suis dit qu’une entreprise de location ne serait pas viable car c’était beaucoup trop tôt. J’ai eu ensuite une opportunité d’embauche dans l’informatique que j’ai acceptée… tout en continuant de veiller le marché de la robotique et de réaliser le projet de construire mon propre robot en loisir.

Schéma de principe de la première version du robot REGO
Schéma de principe de la première version du robot REGO

univrobot: Quand le projet a-t-il vraiment débuté?

Franck DE WIT: En 2011. J’avais rencontré des membres de l’équipe de l’entreprise Gostaï, les fabricants de l’un des premiers robots de téléprésence: Jazz. Ils m’avaient prêté un robot Jazz pour faire une démonstration à l’hôpital d’Alès. Ce robot de téléprésence m’a beaucoup inspiré. Je me suis dit: « et si j’en fabriquais un » ? Mais je voulais utiliser des technologies qui m’entourent et accessibles à tous. L’idée de construire un robot de téléprésence est donc aussi née du fait que la technologie est devenue accessible et qu’Internet permet de s’instruire comme aucun autre outil ne le permet.

univrobot: C’est aussi la volonté d’un passionné.

Franck DE WIT: C’est vrai que j’ai la passion de la robotique et de l’informatique depuis toujours. De plus, j’ai une formation initiale en sciences cognitives, un master 2. L’informatique et les sciences cognitives m’ont logiquement mené à la robotique. Il y a aussi le fun de fabriquer soi-même les choses. Voilà les vraies raisons. Je construis REGO avant tout en loisir pour me faire plaisir. Après, si cela peut m’apporter autre chose, je suis bien entendu ouvert. De plus, le moteur de ce projet est d’utiliser des briques de technologies accessibles à tous ainsi que des objets communs en les détournant de leur fonction. Cela permet de gagner du temps et de l’argent.

univrobot: Quel genre de robot aviez-vous en tête?

Franck DE WIT: Au début, je voulais simplement fabriquer un robot de téléprésence. Le robot Jazz a vraiment été mon modèle d’inspiration.

univrobot: Pourquoi avoir choisi de nommer ce robot REGO?

Franck DE WIT: Son nom date de mon premier bidouillage sur la voiture que j’évoquais tout à l’heure. REGO signifie Robot Explorateur Guidé par Ordinateur. J’ai trouvé que l’acronyme était facile à retenir.

univrobot: C’est un beau projet. Une de ses particularités est que vous n’avez pas opté pour un châssis imprimé en 3D. Pourquoi?

Franck DE WIT: Parce que l’investissement à envisager était trop important. Pour le robot que j’avais en tête j’avais besoin d’une grosse imprimante 3D trop onéreuse. Sans parler du temps infini qu’il aurait fallu pour l’imprimer. J’ai ensuite étudié la piste du moulage. Mais ce procédé était lui aussi trop coûteux et plus compliqué encore que l’impression 3D. C’est pourquoi j’ai décidé d’utiliser des choses qui existaient déjà pour leur donner une finalité singulière. J’ai regardé autour de moi ce que je pourrais utiliser pour la conception de REGO.

Le châssis de REGO
Le châssis de REGO utilise des matériaux de récupération

univrobot: Concrètement, comment avez-vous fait?

Franck DE WIT: J’ai eu l’idée de récupérer un robot existant pour lui donner une deuxième vie. Lors de mes recherches je suis tombé sur le robot Emilio qui m’a tout de suite séduit. Je l’ai acheté sur Le bon coin. J’en ai acheté plusieurs d’ailleurs. Pour rappel, Emilio était un robot jouet de bonne facture des années 80. J’ai repeint le châssis puis je l’ai utilisé en y intégrant un netbook, des capteurs gérés par la première carte Arduino. Par la suite, j’ai remplacé le netbook par un Raspberry pi.

univrobot: REGO a connu plusieurs évolutions. Pouvez-vous nous en parler?

Franck DE WIT: Bien sûr. Au départ je voulais simplement réaliser un robot de téléprésence (remplissant les fonctions suivantes: voir, entendre, parler et se déplacer). Comme je l’ai dit, REGO était piloté par un ordinateur. Mais c’était avant la révolution du Raspberry pi. Cette carte a marqué un grand tournant dans mon projet et dans celui de bien d’autres makers. La technologie est maintenant plus accessible que jamais. C’est ainsi qu’aujourd’hui REGO intègre un Raspberry pi 3 pour le serveur web qui permet de piloter le robot à distance et un Raspberry pi 2 monté sur un écran tactile pour l’interaction avec les personnes. Un Arduino Mega permet de gérer l’ensemble des capteurs ainsi que le dialogue avec la carte de commande des moteurs du robot et les ports GPIO du Raspberry pi.

L'intérieur du robot REGO
L’intérieur du robot avec les cartes Raspberry pi et Arduino Mega ainsi que des relais d’interface

univrobot: Et au niveau de son aspect, REGO a-t-il évolué?

Franck DE WIT: Oui. J’ai étudié l’anthropomorphisme des robots. Il faut qu’un robot ait une certaine taille pour interagir plus facilement avec les humains. La plupart des modèles de robots de service mesurent 1,20m. J’ai donc modifié REGO qui faisait à l’origine 80cm puisque c’était un robot Emilio modifié. J’ai porté sa taille à 1,20m en gardant le buste et la tête du robot Emilio et les fixant sur une base. Cette base est en fait un pot de fleur en plastique! Il remplit la même fonction qu’un moulage ou qu’une impression 3D mais est 100 fois moins coûteux. C’est vraiment l’un des buts de mon projet: détourner des objets existants. De plus, ce plastique est robuste et très facile à retravailler pour lui intégrer les capteurs.

Affichage LED sur le robot REGO
Un affichage LED permet au robot d’exprimer des émotions

J’ai aussi travaillé sur les expressions du visage du robot. J’ai intégré des modules micro:bit fabriqués par la Fondation micro:bit qui est une organisation à but non lucratif. Ces modules dédiés au départ à l’éducation sont faciles à programmer et permettent d’animer les yeux et la bouche de REGO avec des bandeaux de LEDs RVB.

univrobot: Quelles sont les prochaines évolutions prévues pour REGO?

Franck DE WIT: Mon travail porte essentiellement sur l’intelligence artificielle du robot. D’un robot de téléprésence je le fais évoluer progressivement vers un robot de service. REGO est aujourd’hui plus autonome et intègre la reconnaissance des visages. Je l’ai équipé d’un module EZ-Robot qui permet très facilement de faire de la reconnaissance vocale mais aussi des visages et des couleurs. Maintenant REGO suit les visages suivant les axes verticaux et horizontaux. Pour l’instant le pilotage de ces fonctions se fait par ordinateur mais j’envisage d’améliorer l’autonomie de REGO en utilisant un système embarqué, sans calcul déporté.

La tête du robot REGO
Une carte micro:bit (à gauche) et un module EZ-Robot (à droite) fixés dans la tête de REGO

univrobot: Vous avez aussi testé un casque à interface neuronale…

Franck DE WIT: Effectivement. J’ai testé ce casque avec le logiciel Scratch. J’ai réussi à faire avancer un lutin [avatar dans Scratch, NDLR] par la pensée. En plus du casque à interface neuronale j’ai aussi testé une caméra 360°. Je souhaiterais diriger REGO par commande neuronale et voir ce que voit le robot grâce à sa caméra 360° et un casque de réalité virtuelle. Ce sont les prochains axes d’amélioration de REGO actuellement en cours de tests.

univrobot: Vous partagez votre projet sur Internet. Dans quel but?

Franck DE WIT: L’objectif est de faire découvrir ce que je réalise et de faciliter la vie de ceux qui veulent mener à bien les mêmes projets. J’ai passé du temps à trouver les réponses à certaines questions et je partage les solutions trouvées. Je fais découvrir les modules que j’utilise comme celui de EZ-robot par exemple, mais je rédige également des articles en rapport avec les concepts de la robotique. Par exemple celui sur « la vallée de l’étrange » qui présente une théorie sur l’anthropomorphisme des robots. Ou plus simplement, je me pose la question sur la définition même de ce qu’est un robot. C’est toujours très enrichissant de partager.

univrobot: Vous avez aussi participé à la Journée de la robotique et des drones 2018.

Franck DE WIT: Oui et l’invitation à la journée de la robotique et des drones, en mars dernier, n’a fait qu’amplifier cette envie de transmettre et de partager. C’était la première fois que REGO sortait de mon garage. Avant, seuls ma femme et mes 2 enfants de 6 ans et 10 ans l’avaient vu évoluer. J’ai donc pu récolter plein d’avis différents. Le fait de présenter REGO à tout ce monde en direct a été une révélation pour moi. Au point d’envisager de changer de voie vers l’éducation, comme médiateur scientifique ou autre. C’est un tel bonheur de partager sa passion.

Le schéma de principe de REGO
Le schéma de principe de REGO partagé par Franck DE WIT

univrobot: Quels retours avez-vous de vos partages d’informations?

Franck DE WIT: Des retours sur le robot mais énormément sur le projet d’analyseur d’air ambiant que j’ai aussi partagé sur mon blog. La fabrication de l’analyseur ne demande pas d’investissement financier important et a suscité beaucoup d’intérêt. C’est un projet qui montre que l’on peut fabriquer soi-même quelque chose de fonctionnel à moindre coût. Mon article sur l’analyseur d’air ambiant a généré plus de 10000 vues sur Instructables, le site mondialement connu des makers.

univrobot: Quelles évolutions prévoyez-vous pour votre blog LeLabTechno?

Franck DE WIT: Je désire développer la partie consacrée à REGO. Je vais davantage détailler les améliorations du robot en cours et à venir. Je prépare un article pour présenter le casque à commande neuronale.

univrobot: Merci beaucoup Franck DE WIT d’avoir partagé votre passion pour la robotique et le DIY!

POUR EN SAVOIR PLUS SUR REGO:

Voici une vidéo de présentation de la dernière version du robot par Fanck DE WIT:

Voici le lien vers le blog LeLabTechno: http://blog.lelabtechno.com/

Pour suivre Franck DE WIT sur twitter : @fdw34

Franck DE WIT et son robot REGO
Franck DE WIT posant avec sa création, le robot REGO

Cyril Mottet

©univrobot

Crédit photo: Franck DE WIT avec son aimable autorisation

Crédit vidéo: Franck DE WIT avec son aimable autorisation

Dernière mise à jour: 15 octobre 2018

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire